Depuis des années, on nous dit que le print est mort ou va mourir… que nenni.

Il y a quelques années on nous avait prédit la fin du papier avec l’arrivée du digital, des Millennials et plus particulièrement des Gen-Zers… Et pourtant… Même si beaucoup d’incertitudes et de craintes ne sont pas encore effacées, les perspectives ont bien changé. Le digital et les Millennials, les faux ennemis du papier, ouvrent à ce dernier de nouvelles et belles opportunités.

 

Les digital natives aiment le papier

Les Millennials, qui ont pourtant grandi avec les écrans et les réseaux sociaux, sont les plus friands de papier.

Infographie-relation-entre-les-jeunes-et-limprimé-publicitaire

Source : Etude Parcours Courrier CSA – Mediapost – Novembre 2018

C’est pour cela qu’aujourd’hui, afin de démontrer davantage sa valeur, nous devons continuer et faire en sorte que le papier se transforme davantage et s’adapte au digital. Comment ?

Il existe plein de solutions qui contribuent à ce que le papier évolue, avec chacune leur atout suivant le mode d’utilisation.

 

Gare aux idées reçues

Avant de les énumérer, il faut briser les barrières et les idées reçues. Il faut changer nos mentalités, le print coûte cher, mais pas plus que le digital quand il est mal utilisé ou mal produit. En print, comme en digital, une erreur de ciblage, de quantité ou de périodicité produit génère le même résultat : une trop grande dépense par rapport à l’engagement généré.

Aujourd’hui nous sommes capables de personnaliser au maximum un document pour démontrer au lecteur que nous faisons attention à lui, que nous le connaissons, lui prouvant l’attachement de la marque à sa personne. Allons plus loin, enrichissons nos documents pour faire vivre à nos lecteurs de véritables expériences interactives, à la manière de Netflix (blanck mirror, Bandersnatch).

 

L’expérience utilisateurs au cœur du print

Et quand je dis expérience, je ne parle pas juste du scan d’un QR code ou d’une image pour voir une vidéo produit ou une 3D en réalité augmentée… Non, l’idée c’est de renforcer la relation avec le lecteur, rendre le contenu plus participatif et collaboratif, comme le magazine Paulette, https://www.paulette-magazine.com/qui-sommes-nous/, le magazine féminin 100% indépendant et participatif qui se développe depuis 2009 ou plus interactif en embarquant de la technologie comme le magazine Wired avec Motorola https://www.dailymotion.com/video/x18r909 en 2014.

 

Nous pouvons également changer nos façons de concevoir un catalogue, une plaquette, une affiche, une palissade de chantier… À la manière de Verbaudet pour son catalogue de VPC, https://www.onprint.com/www/fr/usecase-verbaudet.html, ou de Renault avec son mailing Megane, https://www.onprint.com/www/fr/usecase-renault. Augmenter le support imprimé, grâce aux technologies mises à disposition et toutes celles que nous allons inventer permet d’apporter à ce support physique non éphémère une fraîcheur quasi quotidienne

À la manière des Virtual Dash Buttons d’Amazon, considérons dorénavant le support imprimé comme un IoT[1], physique, pérenne et connecté à la demande à du contenu actualisé.

 

[1] IoT (Internet of Things) : principe par lequel les objets du quotidien sont connectés à Internet (ex : réfrigérateur connecté).